FacebookTwitterGoogle Bookmarks

Focus sur le secteur national de l’industrie chimique et parachimique

0Le secteur industriel marocain a connu plusieurs perturbations au cours de ses dernières années. Pour faire face à la mondialisation et pour échapper à la crise économique, ce secteur s’est considérablement développé. Le secteur de la chimie parachimie n’a pas été épargné et lui aussi a connu des évolutions variables selon ses différents sous secteurs.

 

 

0Le secteur industriel marocain a connu plusieurs perturbations au cours de ses dernières années. Pour faire face à la mondialisation et pour échapper à la crise économique, ce secteur s’est considérablement développé. Le secteur de la chimie parachimie n’a pas été épargné et lui aussi a connu des évolutions variables selon ses différents sous secteurs.

 

 

L’ICP

 

L’ICP par rapport aux autres secteurs

Actuellement, le secteur de l’industrie chimique et parachimique (ICP) est l’un des secteurs-clés de l’économie nationale. Il complète plusieurs industries, telles que, l’industrie agro-alimentaire (emballage plastique, engrais et produits phytosanitaires…), l’industrie paramédical (médicaments, solvant …), l’industrie du cuir et du textile, etc.

Ce secteur compte 2 419 entreprises, soit 31% du tissu industriel national. Il contribue, également, à plus de 36% de la production et constitue à lui seul 33% des exportations, 60% d’investissement et 36% de valeur ajoutée. Afin d’évaluer le développement de chacun des cinq grands secteurs de transformation industrielle, le Ministère de l’Industrie du Commerce et des Nouvelles Technologies a réalisé une comparaison de la production industrielle des différents grands secteurs, pendant la période 2007-2008. Les résultats de cette étude comparative ont montré que le grand secteur ICP a connu une augmentation de 25.5 % suivi par le secteur de l’industrie mécanique et métallurgique (22,3%), le secteur de l’industrie agro-alimentaire (13 %) et le secteur de l’industrie textile et du cuir (3%). La production industrielle du secteur de l’industrie électrique et électronique a diminué de 0.2% pendant la même période. Par ailleurs, une comparaison des grands secteurs, en terme de taux de production, d’exportation, d’investissement, de valeur ajoutée et de nombre d’entreprises, montre que le secteur chimique et parachimique se trouve en tête des grands secteurs de transformation industrielle, à l’exception du nombre d’effectif dont le premier rang revient au secteur du textile et cuir par une valeur de 37% (voir figure 1).

Figure1 : Comparaison de différentes contributions par grand secteur-2009

1

Source : Ministère de l’Industrie du Commerce et des Nouvelles Technologies

Ainsi, l’Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise (ANPME) a confirmé, dans son rapport d’activités de l’année 2011, que le secteur ICP est en plein essor. Le plus grand nombre d’entreprises qui ont bénéficié du programme Imtiaz appartiennent au secteur de la chimie parachimie. 15 entreprises du secteur ICP, devant 10 en agro-industrie, 9 en industrie mécanique et métallurgique, 3 en nouvelles technologies et en textile et habillement, 2 respectivement en automobile, en industrie électrique et électronique et dans le domaine des Médias et une seule entreprise du secteur des services.

En effet, le secteur de l’industrie chimique et parachimique se trouve au cœur du développement d’une multitude d’autres secteurs, ce qui explique l’augmentation des investissements enregistrés (60% pour l’année 2009). En chiffres, les investissements sont de l’ordre de 14 393 millions de Dhs, générant une valeur ajoutée de 36%, un taux d’exportation de 33%, et de production de 36%.

L’organisation

 

L’organisation du secteur ICP…

Le grand secteur de l’industrie chimique et parachimique (ICP) comporte 7 secteurs subdivisés en sous secteurs : voir tableau1

Grands secteurs de transformation industrielle

Secteurs

Sous secteurs

INDUSTRIE

CHIMIQUES &

PARCHIMIQUES

 

Cokéfaction, raffinage, industries nucléaires

Cokéfaction

Raffinage de pétrole

Edition, imprimerie, reproduction

Edition

Imprimerie

Fabrication d'autres produits minéraux

non métalliques

Fabrication de carreaux en céramiques

Fabrication de ciment, chaux et plâtre

Fabrication de produits céramiques

Fabrication de produits minéraux divers

Fabrication de tuiles et briques en terre cuite

Fabrication de verre et d'articles en verre

Ouvrages en béton ou en plâtre

Travail de la pierre

Industrie chimique

Fabrication d'autres produits chimiques

Fabrication de fibres artificielles ou synthétiques

Fabrication de savons, de parfums et de produits d'entretien

Industrie chimique de base

Industrie pharmaceutique

Peintures et vernis

Produits agro-chimiques

Industrie du caoutchouc et des plastiques

Industrie du caoutchouc

Transformation des matières plastiques

Industrie du papier et du carton

Articles en papier ou en carton

Pate a papier, de papier et de carton

Travail du bois et fabrication d'articles en bois

Fabrication de charpentes et de menuiseries

Fabrication de panneaux de bois

Fabrication d'emballages en bois

Fabrication d'objets divers en bois, liège ou vannerie

Sciage, rabotage, imprégnation du bois

Tableau1 : Nomenclature des activités industrielles marocaines du grand secteur ICP

Le grand secteur ICP est constitué de septs secteurs, dont les les plus importants en terme de production sont le secteur de l’industrie chimique (33%), le secteur de la fabrication d’autres produits minéraux non métalliques (28%) et le secteur de cokéfaction, de raffinage et des industries nucléaires (21%).

Figure2 : Répartition de la production des industries chimiques et parachimiques par secteur -2009

3

Source : Observatoire Marocain des Industries

Selon l’office des changes, les valeurs des exportations du grand secteur ICP, en 2010, montrent que le secteur de l’industrie chimique et celui de la cokéfaction du raffinage et des industries nucléaires sont plus importants que les autres secteurs. Ils réprésentent respéctivement 76% et 13% du total d’exportation du grand secteur ICP.

Pour le cas du secteur de l’industrie chimique, ses deux sous secteurs : l’industrie chimique de base et les produits agro-chimiques (engrais, pesticides et insecticides) ont réalisé une forte progression pendant l’année 2010.

Cette situation est due en partie à la performance de l’Office Chérifien de Phosphate (OCP) qui occupe une place de pointe dans ce secteur. Il est le premier exportateur d’acide phosphorique et le troisième exportateur d’engrais à l’échelle internationale. En fait, pendant l’année 2010, les unités chimiques du groupe OCP ont réalisé un chiffre d’affaires de 43,5 milliards de Dirham marocain (MAD), avec une production de phosphate d’environ 26,6 millions de tonnes.

L’activité des autres sous secteurs : fabrication de savons, de parfums et de produits d’entretien et l’industrie pharmaceutique ont également contribué positivement à cette croissance, mais avec des valeurs nettement moins marquantes (voir figure 4).

Figure 3 : L’exportation, entre 2008 et 2010, des sous secteurs de l’industrie chimique

4

Source : office des changes

Les sous-secteurs

 

Papiers et carton : orientation vers une industrie de production d’articles finis

Les activités des secteurs papiers et carton ainsi que celle de l’édition, d’imprimerie, et de reproduction ont connu une augmentation pendant la période de 2009-2010. D’après la base de données de l’office des changes, les exportations du secteur de cette industrie sont dominées par deux produits : la pâte à papier et les produits finis en papier et carton. En effet, les exportations de ces deux derniers ont enregistré une augmentation très remarquable, 135% pour les premiers et 47% pour les seconds.

On remarque que le secteur de l’industrie du papier et du carton est caractérisé par un niveau élevé d’exportations indirectes telles que les emballages destinés aux produits d’exportation. Ces derniers représentent une part importante de la production du secteur. En outre, la mise en place du plan Emergence et l’intérêt attribué, spécialement, aux industries agro-alimentaire et textile (grandes consommatrices d’emballages papier et carton) laisse prévoir des perspectives prometteuses pour la production domestique de produits finis en papier et carton.

Figure 4 : évolution de l’exportation de l’industrie du papier et du carton 2009-2010

5

Source : office des changes

Le secteur du travail du bois et fabrication d’articles en bois

Ce secteur a compté, en 2009, 495 entreprises avec une diminution d’investissement de 5%. Selon les données de l’office des changes. Seuls des sous secteurs « fabrication de charpentes et de menuiseries » et « fabrication d’objets divers en bois, liège ou vannerie i ont connu une légère augmentation de l’exportation pour l’année 2009. Le secteur du travail du bois n’a pas enregistré de bons résultats comparé à l’année 2008, ce qui explique le taux de production négatif de -16%.

Produits en caoutchouc et plastique… quel avenir ?

Le Maroc dispose d’une grande expérience dans ce secteur, il produit des pneumatiques et chambres à air, des ouvrages divers en caoutchouc et des ouvrages en matière plastique. Selon le Ministère de l’Industrie du Commerce et des Nouvelles Technologies, cette industrie a enregistré une diminution de la production, au cours de la période 2008-2009, de -4%, avec une valeur ajoutée de 20%.

La production de se secteur est destinée principalement à l’export, ce qui explique l’augmentation des valeurs enregistrées par l’office des changes pour les deux sous secteurs, à savoir, l’industrie du caoutchouc et celle de la transformation des matières plastiques. En 2010, les exportations ont été de près de 428 millions de Dh pour le premier sous secteur et de 745 millions de Dh pour le deuxième.

Secteur de la fabrication d’autres produits minéraux non métalliques

Selon le Ministère de l’Industrie du Commerce et des Nouvelles Technologies, ce secteur a enregistré, entre 2008 et 2009, une augmentation de 14% d’investissement et de 3% de production avec 16% comme valeur ajoutée. Il compte, également, 786 entreprises avec un effectif total de 34 282.

Le Secteur offre plusieurs opportunités d’investissement notamment en matière de valorisation du produit transformés (coupe, polissage, production de carreaux etc ...).

Les produis de cette industrie sont particulièrement exportés vers la France, les USA, l’Espagne et l’Allemagne.

Les contraintes

 

Les contraintes du secteur ICP…

Toutefois, la progression du secteur ICP se confronte à certaines contraintes de taille. En premier lieu, il ne peut se développer que là ou il y a des richesses minières, énergétiques et pétrolières. Ce secteur progresse à l’échelle nationale face à une pénurie croissante de ressources. Cet état influence sur la productivité du secteur, ce qui le rend très dépendant des pays étrangers, et oblige les industriels à compléter une grande partie de leurs besoins en matières premières nécessaires par l’importation. La figure 5 révèle cette situation de prés.

Figure 5 : Importation et exportation des secteurs chimiques et parachimiques en 2010

6

Source : office des changes

En deuxième lieu, le secteur est exposé à une forte concurrence surtout après les accords de libre échange conclus entre le Maroc et d’autres pays tels que les États-Unis d’Amérique, la Turquie, l’Union Européenne, etc. Aussi, vu sa fragilité en matière de structurations (souvent de type PME/PMI), le secteur reste incapable de répondre aux normes et aux textes réglementaires strictes exigés par les clients étrangers. De ce fait, le Maroc a décidé de placer les activités du secteur parmi les activités identifiées par le Plan Emergence, afin que ce secteur soit un véritable moteur de croissance.

Dans ce sens, le Maroc a créé plusieurs centres techniques dans le cadre d’un partenariat entre le Ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies et les deux fédérations : Fédération de la Chimie et de la Parachimie (FCP) et la Fédération Marocaine de Plasturgie (FMP). Il s’agit du Centre Technique du Bois et Papier-Carton (CTB) ; Centre Technique de la Plasturgie et du Caoutchouc (CTPC) et Centre Technique de Chimie (CTC).

La Fédération de la Chimie et de la Parachimie (FCP) accompagne le secteur dans sa recherche d’une meilleure structuration et lui procure, également, l’appui et les services dans plusieurs domaines.

Pour en savoir plus

www.mcinet.gov.ma

www.oc.gov.ma

Calendrier

Novembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Newsletter